Aujourd'hui, je me suis encore retrouvé dans une situation où je ne savais absolument rien de ce qui se passait autour de moi. Cela devient presque une habitude à présent. Je ne sais pas comment font les autres pour suivre le cours des événements et rester informés sur tout ce qui se passe dans le monde. Pour ma part, c'est un véritable mystère.

Je me sens parfois comme un étranger dans ma propre vie, ignorant des conversations et des actualités qui animent mon entourage. Les gens parlent de sujets dont j'ignore totalement l'existence, et je reste là, perdu au milieu d'une conversation que je ne comprends pas.

Cela peut être frustrant par moments, mais d'un autre côté, cela m'apporte aussi une certaine tranquillité d'esprit. Après tout, ignorer les problèmes du monde peut parfois être reposant. Mais est-ce vraiment sain de vivre ainsi? Est-il possible de survivre sans avoir la moindre idée de ce qui se passe autour de soi?

Je suppose que chacun a sa manière de faire face à cette ignorance permanente. Certains choisissent l'évitement total en se plongeant dans leurs propres occupations sans jamais lever la tête pour regarder autour d'eux. D'autres préfèrent prendre le risque d'être confrontés à l'inconnu en cherchant activement à combler leurs lacunes en matière d'actualités.

Pour ma part, j'ai toujours été plus attiré par la première option - celle du détachement volontaire vis-à-vis du tumulte extérieur. Peut-être est-ce là ma façon inconsciente de protéger mon esprit fragile contre les agressions constantes provenant du monde extérieur.

Mais malgré cette apparente indifférence aux affaires du monde moderne, il m'arrive parfois quand même ressentir un léger sentiment de culpabilité... Comme si j'avais manqué quelque chose d'important ou raté une occasion cruciale simplement parce que j'étais trop occupé à rêvasser dans mon propre univers intérieur.

Pourtant, au fond de moi-même (si tant est qu'il y ait quoi que ce soit "au fond" chez moi), je sais que cet état permanent d'inconnaissance n'est pas viable sur le long terme... Ou peut-être ai-je tort? Peut-être suis-je destiné à errer éternellement hors des limites imposées par la connaissance commune?

En finissant ces lignes aujourd'hui (ou hier?), je réalise soudain qu'il n'y aucune réponse claire à ma question initiale: Comment survivre sans avoir la moindre idée? Peut-être est-ce justement ça: continuer coûte que coûte malgré tout... Et voir où cela nous mène; peu importe si on ignore totalement quel chemin emprunter.